« Ma cousine Rachel » de Daphné du Maurier.

classique, Littérature étrangère

Phillip Ashley a été élevé par son cousin, Ambrose, un célibataire confirmé. Ils sont satisfaits de leur arrangement et du rôle de Phillip en tant qu’héritier de l’héritage d’Ambrose.

Cependant, la complaisance de Phillip est bouleversée de manière tout à fait inattendue quand Ambrose se rend à Florence pour passer l’hiver, il fait une charmante rencontre « celle de cousine Rachel», une femme liée à leur famille, et tombe immédiatement sous son charme.

Dans une période étonnamment brève, Ambrose passe du bonheur conjugal à la mort, laissant Phillip furieux contre Rachel, la soupçonnant de contribuer à la disparition de son cousin d’une manière ou d’une autre.

Mais, lorsque Rachel se présente à sa porte avec les affaires d’Ambrose, Phillip se retrouve lui aussi enchanté par Rachel et oublie vite ses jalousies et ses soupçons .

Rachel, pour sa part, semble être tout à fait charmante, mettant l’accent sur ses «instincts de femme» et d’autres talents. elle semble faire appel à sa sensibilité. Elle s’intègre si parfaitement dans la vie de Philip que vous ne pouvez pas vous empêcher d’être méfiant: est-elle vraiment aussi charmante ou joue-t’elle la comédie? Rachel détourne chaque accusation lancée avec des excuses qui semblent parfaitement raisonnables, mais elle reste une énigme. Tout ce que nous savons d’elle, c’est ce que nous voyons à travers les yeux de Philip.

Alors que Philip commence à perdre la tête et devient absolument obsédé par elle, je me suis sentie déchiré. D’une part, je voulais fouiller dans les pages, attraper les épaules de Philip et lui dire de faire attention – mais d’autre part, je voulais vraiment que Rachel se révèle être un cerveau de veuve noire, enveloppant habilement cette bande impulsive d’un homme autour de son petit doigt comme elle l’avait fait tant de fois auparavant avec ceux qui essayaient de la contrôler et de la posséder. La tension monte à mesure que Philip devient de plus en plus désespéré de faire sienne Rachel, et je n’avais honnêtement aucune idée du résultat.

Ce livre a tellement de couches, mais il progresse lentement, ajoutant des nuances sinistres, petit à petit, jusqu’à ce que je me retrouve prise au piège dans la trame du récit.

Ce livre combine mystère gothique, fortes nuances féministes, jeux psychologiques, vanité, culpabilité et suspicion, à certains moments j’étais à la fois exaltée et sous tension notamment envers phillip, étant trop naïf, j’ai eu à de nombreuses reprises des colères intérieures que seuls ceux qui l’ont lu peuvent comprendre. Mais cela m’a aussi laissée une pléthore de théories et de spéculations.

Rachel est-elle coupable… ou était-ce vraiment Phillip? Ou était-elle innocente? Tous les deux? Phillip n’était-il qu’un pion dans le plan de Rachel? Phillip a-t-il inutilement détruit sa vie.

Qu’on se le dise ce roman a une qualité atmosphérique très lourde et c’est ce qui m’a attirée dès le début. En fait, j’étais tellement transportée que j’ai mis de côté tout le reste et je me suis abandonnée à la lecture, cependant, la fin m’a un peu déçue. Du Maurier laisse tomber la dernière pièce du puzzle. J’ai vraiment apprécié le voyage mais je ne sais toujours pas quoi faire de la destination. Je sais que c’est le parti pris de l’autrice, mais je me sentais insatisfaite. Quelques changements ici et là auraient pu faire de « Ma Cousine Rachel » un merveilleux thriller psychologique et une exploration de la jalousie, mais dans l’état actuel des choses, elle n’est pas tout à fait à la hauteur de son potentiel. Cependant, j’ai vraiment apprécié la lecture et je recommande ce roman à tous les fans de Daphné du Maurier.


« Ma cousine Rachel » de Daphné du Maurier – Édition Le livre de Poche.

« La belle italienne » de Lucinda Riley

contemporain, Littérature étrangère

Lucinda Riley fait monter la température en nous emmenant dans une belle et séduisante Italie où l’amour obsessionnel et les talents extraordinaires partagés par deux chanteurs d’opéra auront un effet significatif sur le destin de tous ceux qui leur sont proches.

L’histoire de Rosanna Menici commence en 1966 dans la ville animée de Naples , bruyante et surpeuplée où elle est née et où les gens partagent leur joie et leur tristesse, et rient, pleurent… et chantent.

 Depuis ses débuts pauvres, ses parents qui travaillent dur, avec l’aide du frère de Rosanna, Luca, ont érigé leur pizzeria comme l’une des plus célèbres du quartier de la ville.

Rosanna, onze ans, est la plus jeune de la famille et s’est toujours sentie éclipsée par sa sœur aînée Carlotta, une séduisante jeune femme de 16 ans qui attire les hommes, lui prétendant même une ressemblance à Sophia Loren.

Lors d’une fête de quartier, Rosanna rencontre Roberto Rossini, un garçon local qui est maintenant étudiant à La Scala de Milan, un homme d’une grande beauté physique avec une voix à la hauteur des plus grands ténors. Pour elle, c’est le coup de foudre, en particulier lorsque Roberto entend Rosanna chanter et lui dit que sa voix est aussi «un cadeau de Dieu». À ce moment-là, la petite Rosanna de seulement 11 ans écrit dans son journal que quand elle sera plus grande, elle deviendra son épouse.

Plusieurs années après cette fatidique rencontre, la vie de Rosanna change du jour au lendemain.  Avec des cours de chant payés en secret par Luca, elle remporte finalement une bourse d’études dans une école de musique à Milan et se dirige donc vers le nord avec son frère comme tuteur.

Dans les années à venir, les destins de Rosanna et Roberto seront liés pour toujours à la fois par leur complicité sur scène et par leur amour inconditionnel mais malheureusement le rêve se termine lorsque Rosanna prend conscience de la face cachée de son mari, dès lors, leur union est hantée par de puissants secrets du passé…

Lucinda Riley nous guide à travers trente ans d’historicité de style latin, un parcours classique de la lutte d’une jeune fille pour réaliser son rêve de chanteuse d’opéra.  Un cheminement magnifiquement conçu révélant les nombreux aspects de l’amour, familial, romantique et obsessionnel.  L’histoire qui commence à Naples emmène l’héroïne et le lecteur dans un merveilleux voyage non seulement dans les plus grands opéras mais aussi à travers les joies et les peines, les secrets et les surprises de la vie. 

Au rythme effréné, baignée par le soleil de l‘Italie et les lumières vives de la célébrité, dégoulinant de glamour, d’intrigue et de romance « La belle italienne » se veut l’un des romans les plus romantiques encore jamais lu jusqu’ici. 


« La belle italienne » de Lucinda Riley – éditions Charleston poche.

« Le joueur » de Dostoïevski

classique, Littérature étrangère

« L’âme russe, excessive, tourmentée, idéaliste, qui l’incarne mieux que Dostoïevski, cette œuvre fut un parie contre le temps, lui qui joua toute sa vie sur un tapis vert et rouge . »


Dostoïevski, joueur lui-même nous livre à travers son alter ego Alexei, un excellent récit sur l’addiction : il aborde avec clairvoyance et cruauté l’univers du jeu au XIX siècles. « Le joueur » est un court roman qui mêle le goût du risque et l’amour à en perdre la raison.

L’histoire se passe à Roulettenbourg ville imaginaire d’Allemagne. Dans cette ville thermale nous suivons un jeune précepteur russe Alexei travaillant pour le compte d’un général et de sa famille composée de deux enfants et de sa belle fille Paulina.

Autour de cette famille gravite : mademoiselle Blanche une femme vénale, qui n’a qu’une seule idée en tête : le mariage avec le général, le timide Astley, jeune et riche anglais amoureux de Paulina in fine ami d’Alexei et sans oublier le soi-disant aristocrate français « Des Grieux » qui s’avérera être un redoutable usurier.

Alexei est éperdument amoureux de Paulina. Une relation ambiguë oscillant entre amour et haine ; Mais celle-ci ne cesse de le manipuler et de le mépriser, de plus elle semble par ailleurs éprise du jeune marquis français n’ayant pas de bonne intention à l’égard de la jeune femme.

Le récit devient réellement intéressant avec l’arrivée de la grand-mère de Paulina, bien loin de la mort qu’on lui pressentait, elle ira jouer tout son argent et perdra tous ses gains par la suite. Un revers de situation bien ironique qui mettra en doute toutes les perspectives de cette famille.

Dans cette tension diabolique, Alexei sera lui aussi entraîné par l’emprise des jeux d’argent, d’abord pour les autres et après pour lui-même, il cultivera cette fascination du hasard qui finira par faire vaciller son avenir.

« Le joueur » c’est finalement la confession d’un homme tiraillé entre deux folies : l’argent et l’amour, un roman autobiographique qui nous entraîne dans la frénésie du jeu.

Encore une fois, Dostoïevski nous surprend par la force de son écriture, il hypnotise.

En dépit de la radicalité de ses idées, Dostoïevski est tout sauf un auteur dogmatique. À l’image de Raskolnikov dans « Crime et Châtiment », sa vie a été marquée par des étapes spirituelles contradictoires et déchirantes.

Un livre à lire absolument pour tous ceux qui veulent débuter avec Dostoïevski.

Dostoïevski « le joueur » Éditions : Le Livre de Poche Traduction: C.Andronikof et A de Couriss